Derrida Jacques, Mémoires d'aveugle, l'autoportrait et autres ruines

Ce livre de 130 pages a été rédigé à l'occasion d'une exposition qui s'est tenue au Louvre du 26 octobre 1990 au 21 janvier 1991. Pendant sa préparation, du 22 juin au 5 juillet 1989, Derrida a souffert d'une maladie faciale d'origine virale qui l'a défiguré et a provisoirement privé son oeil gauche de clin d'oeil (pp37-38). Le 11 juillet 1989, il trouve le thème de son exposition (le dessin d'aveugle), qu'il intitule provisoirement "L'ouvre où ne pas voir" [une sorte de lapsus]. Le 16 juillet 1989, il fait un rêve (raconté p23) qui met en scène un vieil aveugle avec lequel il se bat, lequel menace ses fils. La dimension autobiographique permet de rapprocher cet écrit de Circonfession, rédigé en 1989-90. Dans ces deux textes sont évoquées les Confessions de Saint Augustin. Dans ces deux textes, Derrida s'envoie à lui-même une élection secrète, indéchiffrable.

Il commente aussi Freud, Benjamin, des textes bibliques (Tobit, Isaac, Jacob) [non sans rapprocher son propre prénom, Jacques, de Jacob et d'Isaac] ou mythologiques (Le Cyclope, Tirésias, Persée, Dibutade) et différents peintres ou dessinateurs : Rembrandt, Fantin Latour, Greuze et d'autres.

  • ETAT

    Comme neuf

  • EDITIONS

    Réunion des Musées Nationaux - 1990

45,00 €Prix
  • Facebook
  • Twitter
Site Internet : Aline Lambert Baudu / Identité visuelle : Alex de l'Agence des monstres / Mentions légales