Des mots de vous pendant le confinement....

"Raconte-moi ton livre"

Le mur invisible de Marlen Haushofer par Valérie

 

Il y a une dizaine d'années, dans les rayons de la FNAC d'Orléans, je découvre en tête de gondole, Le mur invisible de Marlen Haushofer, un livre traduit de l'Allemand, paru pour la première fois en 1963 en Autriche. Après une lecture rapide et enthousiaste, je décide de le prêter à mes deux amis, férus de lecture, Roger et Élisabeth. Ces derniers, de vingt mes aînés, lisent beaucoup et sont exigeants en matière de littérature, ce sont mes prescripteurs préférés, j'ose tout de même leur proposer le livre mais sûrement de manière maladroite car ils pensent d'emblée que c'est un cadeau et le gardent.

Mon amitié avec eux s’épanouissant durant les années et régulièrement, ils me citaient Le mur invisible comme une formidable découverte, comme un beau cadeau que je l'avais offert. Pour que vous compreniez mieux, c'était comme si j'avais offert une bouteille de vin à un caviste. J'en éprouvai de la joie à chaque évocation mais aussi un petite peine de ne plus avoir ce livre, un de mes principes étant de ne jamais acheter deux fois le même ouvrage. 

 

Et puis, durant l'été 2019, dans un petit village du Lot, alors que nous baladions avec des amis de mes parents passionnés par les lavoirs, les fours communaux ou encore les pigeonniers, je découvre une boite à livre... et rapidement mes yeux tombent sur Le mur invisible. Quelqu'un s'était-il débarrassé de ce trésor ? Non, je préfère y voir, un signe du destin, je récupérai avidement le livre puis le dévorai de nouveau, mais cette fois-ci non pas dans notre appartement à Orléans mais dans un petit chalet familial situé dans les Alpes du Sud, l'endroit idéal pour se plonger dans cette histoire. Ce fut un très bel été.

 

Alors que je vous écris, le livre est fièrement à coté de mon clavier. Depuis cet été là, je l'ai fait lire à plusieurs personnes, toutes ont aimé et même une amie, Nathalie, a fait l'acquisition d'une tronçonneuse suite à sa lecture. Transportée par l'énergie du personnage principal, qui je l'avoue, lui ressemble beaucoup, elle a décidé de s'occuper à présent elle-même de la coupe du bois.

 

Ce livre me passionne car il est question de survie, de survie dans un milieu qui pourrait apparaître hostile si nous restons sourd à la nature. Il est aussi question de survie par rapport au monde des hommes.

Dès les premières pages, nous découvrons une femme célibataire, d'environ 45 ans, qui consigne chaque jour dans un cahier, le déroulement de sa journée, elle prend aussi le temps de nous expliquer ce qui s'est passé quelques années auparavant. Alors qu'elle avait décidé de vivre quelques jours de vacances avec sa sœur et son beau-frère, dans le chalet de chasse au cœur de la forêt autrichienne, elle se retrouve prisonnière d'un mur invisible. En effet, dès le deuxième jour de son arrivée, elle découvre stupéfaite que Louise et Hugo ne sont pas rentrés du village dans lequel ils s'étaient rendu la veille pour prendre un verre et récupérer des chiens et que pire, elle ne peut les rejoindre empêchée par un obstacle de taille, un mur. Après cette première stupéfaction, nous lecteurs, nous voyons se dérouler sous nos yeux un récit fabuleux sur le quotidien de cette femme pour survivre. Ses relations avec les animaux et notamment avec Lynx, un chien formidable, des chats et Bella, une vache, tout aussi attachante.

 

Ce livre m'a transportée dans les montagnes, auprès de cette femme courageuse et tellement à l'écoute des être vivants, de la nature, donnant peut-être une illustration de ce que peut être l'éco-féminisme, concept que je connais depuis peu. Ce livre évidemment a une résonance très forte avec ce que nous vivons actuellement avec le confinement, il nous interpelle sur notre capacité à composer avec ce(ux) qui est autour de nous dans un style d'écriture lent et poétique, comme les journées de notre héroïne.

En savoir + sur le livre

Jeux d'écriture

LE LOGO-RALLYE
Le logo-rallye est un jeu littéraire inventé par Raymond Queneau,Le défi consiste à raconter une histoire en utilisant obligatoirement et dans un ordre déterminé les mots hétéroclites d’une liste établie à l’avance.

 

Voici la liste (établie à partir des livres qui étaient sous ma main) : Compte - Attente - Joseph - paquebot - arbre - pélican - traitre - sanf-froid, bière, chaussures.

Défi relevé par Liliane, qui en plus a deviné le titre de certains livres dont les mots ont été tirés !

Assise dans la salle d'attente surchauffée, alors que mon ami Joseph termine le roman de Valentine Goby "Un paquebot sous les arbres" - pendant que je lis " Le coeur du pélican " de Cécile Coulon-, mon voisin, ce traître, grand et blond, gardant son sang-froid, picole une bière devant tous les patients ! Je le détaille de haut en bas et m'aperçois qu'il porte des chaussures dépareillées, dont une noire...

Tautogramme en M, thème "Maman"


Rappel : un tautogramme est un texte dont tous les mots commencent par la même lettre. On peut simplifier cet exercice en ne faisant pas porter consigne sur les petits mots (déterminants, adverbes, prépositions...).

Découvrons la proposition de Sylve Loire

Moi, maman magicienne,
meneuse de mômes et de mioches, munie d’un Master en ménage, d’une Maîtrise de marmiton mijotant des meringues et des madeleines, médecin en maladies mineures, maîtresse de mathématiques et autres matières de maternelle ...
Moi menteuse ?
Mais non madame, moi magique, moi MAMAN !

Deux bons plans (parmi tant d'autres...)

Le Collège de France met en ligne plus de 200 livres à lire sur le site mais également librement téléchargeables  ICI

Les éditions du Masque lance des "podcasts" hebdomadaires noirs et féminins.

Sur le principe d’une discussion téléphonique entre une éditrice et une auteure, il s’agit d’une interview intimiste autour du genre noir et des femmes dans la littérature. Ces entretiens sont à écouter sur les réseaux sociaux de l’éditeur (Facebook, Instagram, Twitter, YouTube et Soundcloud).

https://www.youtube.com/watch?v=k1SnMYFsP1Q

  • Facebook
  • Twitter
Site Internet : Aline Lambert Baudu / Identité visuelle : Alex de l'Agence des monstres / Mentions légales