top of page
Rechercher

Le 13/10 : lecture et slam de Timothée Cueff au Kiosque à livres !

Avant son départ pour d'autres contrées, venez (re)découvrir ce jeune auteur et slameur ce jeudi 13 octobre à 19h au Kiosque à livres à St Jean de Braye (participation libre)


Diplômé du Master Création littéraire de Toulouse, en 2019, il participe à la création de l’association Collectif Kalamar. Il y publie des textes au format court. C’est l’occasion pour lui de s’exprimer sur des sujets qui lui tiennent à cœur, comme la lutte contre les violences faites aux minorités, le harcèlement scolaire et la santé mentale.

La même année, il remporte le 3e prix de la 14e édition du Prix d’Écriture Claude Nougaro (catégorie Chanson) avec ses slams.

Son premier roman, Les Pieds dans l’eau, dont l’écriture a débuté en juin 2018, est paru aux Éditions Lunatique le 15 novembre 2021. Il travaille actuellement sur ses deux prochains romans.


Découvrez Timothée Cueff sur son site internet




Enfance naufragée au large de Magouëro ; chiens errants, dans une forêt aux fées, assoiffés de chouchen et de chaleur humaine ; promesse d’une fuite ; Brest et son port, pour un nouveau départ, espoir d’une autre vie ; légendes de pirates racontées dans les bars, entre deux rasades de whisky ; destins croisés, la nuit, sur les quais ; draps froissés, étreintes vite oubliées ; murmure de la ville, inquiétant et bienveillant ; sac et ressac de souvenirs qu’on ne sait oublier ; et une écriture, envoûtante, belle et sauvage comme la côte bretonne.

un premier roman dédié à tous les enfants qui s’oublient

"Ce premier roman de Timothée Cueff est un appel à l’enfance, à retrouver son charme, à éviter les pièges que leur tendent les parents, ou du moins à essayer de continuer à vivre avec. Ce roman est un entrecroisement d’enfances, puis d’adultes, qui dispense, au fil du temps, ses tenants et aboutissants, en les prolongeant par un cri d’amour à la ville de Brest. C’est aussi un vrai cri de liberté, celui qui nous dit d’être celui que l’on est, tout au fond de nous. On ne ressort pas indemne d’une telle lecture. " (@Litzic)




48 vues0 commentaire